Au Cap-vert

Le Cap-Vert

Le Cap-Vert est un archipel de 10 îles, situé à l’ouest des côtes sénégalaises. Petit pays du Sahel, le Cap-Vert ne compte que 450.000 habitants.

Depuis sont indépendance en 1975, l’archipel a réalisé de considérables avancées sociales et économiques. Selon le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Cap-Vert se place aujourd’hui au 133ème rang mondial (sur 185 pays) selon son indicateur de développement humain (IDH), mais au troisième rang parmi les pays africains.

Malgré ces résultats encourageants, le Cap-Vert reste très fragile et la Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement (CNUCED) le place parmi les pays en développement les plus vulnérables. En effet de nombreux problèmes structurels demeurent : faiblesse productive, pénurie d’eau, manque d’énergie, niveau de qualification insuffisant, handicap de l’insularité, sécheresses chroniques… La production alimentaire ne couvre que 10 à 15 % des besoins alors qu’une forte pression démographique s’exerce sur le peu de ressources en terres arables et en eau. Ainsi, le PIB / habitant masque une réalité sociale et économique plus complexe et difficile.

L’île de Maio

Maio est une petite île aride située à 25 km à l’est de Santiago, la principale île de l’archipel du Cap Vert. Malgré la proximité de Praia, la capitale, Maio peine à sortir de son isolement et à se développer. Frappée par la désertification, dépourvue de ressources naturelles mises en valeur, Maio est l’une des moins peuplées (7.400 habitants) mais aussi l’une des plus pauvres de l’archipel.

L’élevage de caprins et la pêche artisanale constituent les principales activités économiques de l’île de Maio. La construction de puits équipés de panneaux solaires a permis de maintenir des cultures irriguées. Mais le manque de terres arables, l’érosion des sols, l’épuisement des nappes phréatiques, en voie de salinisation, et la sécheresse persistante limitent les perspectives optimistes… Toutes les conditions sont défavorables à l’agriculture qui continue malgré tout, en l’absence d’alternatives, à employer près de la moitié des actifs.

Le tourisme semble aujourd’hui le secteur le plus prometteur. Grâce à son climat ensoleillé, la beauté de ses plages immenses et sa tranquillité, Maio connaît en effet une amorce de développement touristique encourageante quant aux retombées financières et aux créations d’emplois. Mais cette évolution s’accompagne d’une spéculation sur le prix du foncier. Les répercussions inflationnistes tendent à écarter plus encore les populations aux revenus modestes des possibilités d’accès au logement.

Notre projet d’amélioration de l’habitat et de lutte contre la pauvreté sur l’île de Maio

Habitat-Cité participe actuellement à un projet de développement sur l’île de Maio, en partenariat avec la marie locale, la Fondation Abbé Pierre, la Fondation Baudoux, la Guilde et l’association Crianças de Hoje e de Amanha.

Les objectifs de ce projet sont l’amélioration des conditions d’habitation, l’insertion professionnelle et la création d’activités génératrices de revenus.

Le projet s’adresse plus particulièrement à : des femmes seules qui sont chefs de familles ; des ménages démunis ; des jeunes, garçons et filles, sans formation technique et rencontrant des difficultés d’accès à l’emploi. Le projet entend également profiter de manière générale à l’ensemble des 7410 habitants de l’île de Maio.

Les résultats prévus sont les suivants : Auto-construction de maisons pour 33 familles bénéficiaires ; la réhabilitation de maisons pour 80 familles bénéficiaires ; la formation professionnelle aux métier du bâtiment pour 60 élèves et 4 spécialisations techniques enseignées au Centre de Formation Professionnelle de Maio.

 

Articles récents

[Témoignage] Dans la tourmente de l’exil

Galerie

Nadia est bénévole à Habitat-Cité depuis plusieurs années et intervient chaque mercredi à la permanence d’accès aux droits de Pantin. C’est lors d’une de ces permanences qu’elle a rencontré une famille ukrainienne ayant fui le conflit dans son pays et … Lire la suite

  1. [Témoignage]  Raluca : une insertion qui fait des étincelles ! Une réponse
  2. [Parcours de vie] Droit d’asile : huit ans d’errance avant de reconstruire sa vie Laisser une réponse
  3. [Portrait] Somna, un si grand courage Laisser une réponse
  4. [Nicaragua] Micro-crédits : en avant toutes ! Laisser une réponse
  5. [Focus projet] Des maisons évolutives au Nicaragua : construire en pensant à demain  Laisser une réponse
  6. [Témoignage] La prise en charge des demandeurs d’asile tchétchènes en psychothérapie Laisser une réponse
  7. [PORTRAIT] Tiberiu, un forgeron qui rêve de faire Laisser une réponse
  8. [Portrait] Des faubourgs de Moscou aux bidonvilles du Nicaragua, l’incroyable histoire de « la Russa » Laisser une réponse
  9. [Actus] Rapport de Mémorial : La Tchétchénie, un État de non-droit Laisser une réponse